Exode 20, 3-4 et l’idolâtrie

Sans titre-1Exode 20, 3-4 Vous n’aurez point de dieux étrangers devant moi. Vous ne ferez point d’image taillée, ni aucune figure de tout ce qui est en haut dans le ciel, et en bas sur la terre, ni de tout ce qui est dans les eaux sous la terre.

Pour comprendre ce passage il est indispensable de le replacer dans son contexte « historique ». C’est à dire en ce qui concerne ce verset, ce qui précède. Dieu a utilisé les animaux que les égyptiens avaient déifiés et dont ils avaient fait des idoles mi-hommes mi-animaux. En touchant ces animaux lors des plaies d’Egypte Dieu veut faire savoir qu’Il est le Dieu créateur de toute chose et que les dieux égyptiens sont de faux dieux. « Vous n’aurez point de dieux étrangers devant moi » l’introduction est clair ! Il s’agit de dieux étrangers. Nous ne pouvons à ce stade de la bible parler des dieux cananéens ou babyloniens puisque les hébreux ne les connaissaient pas encore et qu’ils séjournaient depuis bien longtemps en Egypte. Donc ce commandement pour les hébreux était clair, il s’agit dans un premier temps de ne pas adorer les dieux égyptiens qu’ils connaissaient.


Voici une liste non exhaustive des animaux qui étaient adorés par les Égyptiens :

  • 1 Bélier
  • 2 Chacal
  • 3 Chat
  • 4 Chien et autre canidé
  • 5 Cobra
  • 6 Crocodile
  • 7 Faucon
  • 8 Gazelle
  • 9 Grenouille
  • 10 Hérisson
  • 11 Hippopotame
  • 12 Ibis
  • 13 Lion
  • 14 Oie
  • 15 Oiseau
  • 16 Poisson
  • 17 Scarabée
  • 18 Scorpion
  • 19 Serpent
  • 20 Singe
  • 21 Taureau
  • 22 Vache
  • 23 Vautour
  • 24 Notes et références

Et ici les dieux que Dieu à touché lors des dix plaies d’Egypte qui sont relatées dans le livre de l’Exode :

Les serpents
(cf Exode 7, 10-12) :
  • Amon (dans son rôle de fertilisateur de l’œuf primordial)
  • Apophis
  • Apep
  • Buto
  • Khensit
  • Mehen
  • Mertesger (Mert-Seger)
  • Nehebkaou (Nehet-kaou)
  • Ouadjyt
  • Renenoutet
  • Somtous

Les grenouilles
(cf. Exode 7, 26-29; 8, 1-11) :
  • Aheqet
  • Héquet

Les moustiques
(v.8, 12-35)

s’en prêtenent aux hommes et au bétail (v.13) Dieu veut montrer que de simples moustiques peuvent s’attaquer à la chair humaine et animale de ce que les égyptiens ont déifiés.


La vermine
(cf. v.8, 26-28)

Traduit dans les anciennes traductions par scarabées ou insectes.

Les scarabées :

  • Iousaas
  • Khéphri

Les scorpions :

  • Hededèt
  • Serket
  • Tabithet

La peste du bétail
(cf. v.9, 1-7)

Dieu s’en prend ici à un vaste panthéon des divinités égyptiennes.

Les vaches :

  • Bat
  • Chentaït
  • Ihet
  • Isis
  • Hathor
  • Hésat
  • Methyour (Methyer)
  • Nebethetepet (représentation)
  • Neith
  • Nout
  • Sekhathor
  • Shedit
  • Shentaït

Les taureaux :

  • Apis
  • Boukhis
  • Kemour
  • Kamoutef
  • Mnevis
  • Tjaïsepef (Tjaïpesef)

Et aussi le bélier :

  • Ageb
  • Amon
  • Andjty
  • Banebdjedet (Banebdjebdêt)
  • Heryshef
  • Kerty
  • Khnoum

Dieu après avoir montré aux hébreux qu’il contrôlait ou tuait ces animaux, a donc bien montré qu’il était le seul et vrai Dieu. Mais les hébreux étaient accoutumé aux rites égyptiens et c’est ainsi que fort de ces coutumes,  à leur sortie d’Egypte, ils emportèrent avec eux ces dieux. Ils ne tarderent pas, pour finir à leur rendre un culte et à adorer le veau d’or au pied du mont Sinaï (cf. Exode 32, 1-6).

Dans ce verset (Exode 20, 3-4) il n’est pas question de représentations d’anges, de Saints, ou de Marie mais des dieux égyptiens.

Dieu Lui même, demanda de fabriquer des chérubins sur le propitiatoire de l’Arche de l’Alliance (cf. Exode 25, 18) dans le tabernacle (cf. Exode 26, 1. 31). Mais Dieu demande aussi  à Moïse de fabriquer un serpent d’airain (cf. Nombres 21, 8). Salomon fît également des Chérubins pour le temple (cf. 1 Rois 6, 23), mais aussi des représentations d’animaux qui les accompagnent sur les panneaux (cf. 1 Rois 7, 29. 36) et diverses représentations d’animaux et de plantes (cf. 1 Rois 6-7).

Copié collé d’un commentaire de « Saint Zibou »

La première plaie, fut le changement en sang du Nil et de toutes les eaux d’Égypte. Elle déshonora le dieu-Nil Hapi. La mort des poissons du
Nil porta également un coup à la religion des Égyptiens, car ils vénéraient, et même momifiaient, certaines espèces de poissons (Ex 7:19-21).

La deuxième plaie discrédita Héqet, la déesse des grenouilles (Ex 8:5-14). La grenouille, qu’ils considéraient comme un symbole de fécondité et du concept égyptien de la résurrection.

La troisième plaie fut celle où les prêtres-magiciens s’avouèrent vaincus quand ils ne purent changer la poussière en moustiques au moyen de leurs arts occultes (Ex 8:16-19). Elle porta un
coup au dieu Thot, à qui on attribuait l’invention des arts magiques ou occultes.

La ligne de démarcation qui séparait les Égyptiens des adorateurs du vrai Dieu ressortit nettement à partir de la quatrième plaie. Alors que des essaims de taons envahissaient les maisons des
Égyptiens, les Israélites, au pays de Goshèn, n’en furent pas affectés (Ex 8:23, 24). ni Thot, le maître des arts magiques, ni même Ptah, le créateur de l’univers ne purent s’y opposer.

La plaie suivante, fut la peste infligée au bétail, qui humilia des divinités telles que la déesse-vache Hathor, Apis et la déesse-ciel Nout, que les Égyptiens concevaient comme une vache au
ventre de laquelle étaient attachées les étoiles (Ex 9:1-6).

La plaie des furoncles déshonora les dieux et les déesses Thot, Isis et Ptah, censés posséder le pouvoir de guérir (Ex 9:8-11).

La septième fut la violente pluie de grêle qui couvrit de honte les dieux à qui on attribuait la maîtrise des éléments naturels, par exemple Reshpou, qu’on croyait capable, semble-t-il, de
maîtriser la foudre, et Thot, dont on disait qu’il avait pouvoir sur la pluie et sur le tonnerre (Ex 9:22-26).

La plaie des sauterelles infligea une défaite aux dieux censés assurer une récolte abondante, entre autres à Min, dieu de la fécondité qu’on tenait pour un protecteur des cultures (Ex
10:12-15).

Parmi les divinités déshonorées par la plaie des ténèbres, il y avait les dieux solaires Râ et Horus, ainsi que Thot, le dieu de la lune, qu’on croyait être l’ordonnateur du soleil, de la
lune et des étoiles (Ex 10:21-23).

La mort des premiers-nés fut la dixième. Ce qui a du placer la famille du pharaon ainsi que les prêtres égyptiens au comble de l’humiliation (Ex 12:12). En effet, les souverains d’Égypte se
targuaient d’être des dieux, les fils de Râ ou Amôn-Râ. On prétendait que Râ ou Amôn-Râ avait des rapports sexuels avec la reine. Le fils qui naissait était donc considéré comme un dieu incarné
et était consacré à Râ ou Amôn-Râ dans son temple. Dès lors, la mort du premier-né de Pharaon constitua en quelque sorte la mort d’un dieu (Ex 12:29).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s