Marie et Abraham

Nous commencerons ici par développer la lecture de ce passage qui nous montre en Isaac une Image de Jésus
puis nous en viendrons ensuite à Marie.

evangelismos annonciation (1)

Genèse 22, 1-14 : Or, après cet
évènement Dieu mit Abraham à l’épreuve et lui dit : « Abraham »; il répondit : « Me voici. »Il reprit : « Prends ton fils, ton unique, Isaac, que tu aimes. Pars pour le pays de Moriyya et là, tu
l’offriras en holocauste sur celle des montagnes que je t’indiquerai. »
Abraham se leva de bon matin, sangla son âne, prit avec lui deux de ses jeunes gens et son fils Isaac. Il fendit les bûches pour l’holocauste. Il partit
pour le lieu que Dieu lui avait indiqué. Le troisième jour, il leva les yeux et vit de loin ce lieu. Abraham dit aux jeunes gens : « Demeurez ici, vous, avec l’âne ; moi et le jeune homme, nous
irons là–bas pour nous prosterner ; puis nous reviendrons vers vous. »

Abraham prit les bûches pour l’holocauste et en chargea son fils Isaac ; il
prit en main la pierre à feu et le couteau, et tous deux s’en allèrent ensemble. Isaac parla à son père Abraham : « Mon père », dit–il, et Abraham répondit : « Me voici, mon fils. » Il reprit : «
Voici le feu et les bûches ; où est l’agneau pour l’holocauste ? » Abraham répondit : « Dieu saura voir l’agneau pour l’holocauste, mon fils.  Tous deux continuèrent à aller
ensemble.
Lorsqu’ils furent arrivés au lieu que
Dieu lui avait indiqué, Abraham y éleva un autel et disposa les bûches. Il lia son fils Isaac et le mit sur l’autel au–dessus des bûches. Abraham tendit la main pour prendre le couteau et immoler
son fils.
Alors l’ange du SEIGNEUR l’appela du ciel
et cria : « Abraham ! Abraham ! » Il répondit : Me voici. Il reprit : « N’étends pas la main sur le jeune homme. Ne lui fais rien, car maintenant je sais que tu crains Dieu, toi qui n’as pas
épargné ton fils unique pour moi. » Abraham leva les yeux, il regarda, et voici qu’un bélier était pris par les cornes dans un fourré. Il alla le prendre pour l’offrir en holocauste à la place de
son fils. Abraham nomma ce lieu « le SEIGNEUR voit »; aussi dit–on aujourd’hui :

« C’est sur la montagne que le SEIGNEUR est vu.
»

Nous pouvons ici mettre ce récit en parallèle avec le récit de la crucifixion dans les évangiles.

1 Il reprit : « Prends ton fils, ton unique, Isaac, que tu aimes. Pars pour le pays de Moriyya et là, tu l’offriras en holocauste sur celle des montagnes que je t’indiquerai. »

Nous savons ici que le « sacrifice » d’Isaac se fera sur un montagne, comme celui de Jésus s’est fait sur le mont
golgotha.

6 Abraham prit les bûches pour l’holocauste et en chargea son fils Isaac ; il prit en main la pierre à feu et le couteau, et tous deux s’en
allèrent ensemble.

Les buches en bois représentent la croix, et Isaac tout comme Jésus du gravir la montagne en portant ce bois
pré-figuratif de la croix.

7 Isaac parla à son père Abraham : « Mon père », dit–il, et Abraham répondit : « Me voici, mon fils. » Il reprit : « Voici le feu et les bûches ; où est l’agneau pour l’holocauste ? »

Inutile de préciser que la demande d’Isaac préfigure l’attente d’Israël de leur messie qui viendra les
sauver.

9 Lorsqu’ils furent arrivés au lieu que Dieu lui avait indiqué, Abraham y éleva un autel et disposa les bûches. Il lia son fils Isaac et le mit sur l’autel au–dessus des bûches.

Tout comme Jésus fût allongé sur la croix avant d’être cloué, Isaac quant à lui est couché sur le bois et
lié.

10 Abraham tendit la main pour prendre le couteau et immoler son fils.

Nous avons ici une image du Père prêt à sacrifier son fils, tout comme le Père à sacrifié son fils unique pour
nous. Mais Dieu ne pouvait exiger d’Abraham ce sacrifice, c’est pourquoi au verset suivant un ange retiens sa main.

13
Abraham leva les yeux, il regarda, et voici qu’un bélier était pris par les
cornes dans un fourré.
Il alla le prendre pour l’offrir
en holocauste à la place de son fils
. 14 Abraham nomma ce lieu « le SEIGNEUR voit »;
aussi dit–on aujourd’hui :
« C’est sur la montagne que le SEIGNEUR est vu.

Le verset 13 nous montre qu’un jour Dieu pourvoirait au sacrifice en vue du rachat au moyen de l’holocauste. Et
de la bouche d’Abraham nous avons la révélation toute faite : « C’est sur la montagne que le SEIGNEUR est vu. »

Et cette montagne est le Golgotha. ou nous trouvons Marie qui à donné son Fils unique tout comme le Père. (cf. Jean 19,
25)

 

Jacques 2, 21 : Abraham, notre
père, n’est–ce pas aux œuvres qu’il dut sa justice, pour avoir mis son fils Isaac sur l’autel ?

acanthe-a7a387

 

Les annonciations

 

Il y a plusieurs annonciations dans l’ancien testament qui préfigure celle faite
à Marie. Mais cette qui est la plus évocatrice est celle faite à Abraham Père des croyants en correspondance à celle faite à Marie Mère des croyants elle aussi. En Genèse 18, 2 le Seigneur se
révèle à Abraham sous l’apparence de trois hommes. Tandis que Marie est la première personne à recevoir la révélation complète de la Trinité de Dieu.

Luc
1,
35
L’ange lui répondit : Le Saint–Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très–Haut te couvrira de
son ombre. C’est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé
Fils de Dieu.
 

Mais bien évidemment la correspondance ne s’arrête pas là ! En Genèse 18, 10 Dieu annonce la naissance d’Isaac, l’enfant de la promesse tout comme Jésus, dont nous trouvons la correspondance en Luc 1, 31. Ensuite nous trouvons en :

Genèse 18, 11-12 Abraham et Sara étaient vieux, avancés en âge, et Sara avait cessé d’avoir
ce qu’ont les femmes. Sara se mit à rire en elle–même et dit : « Tout usée comme je suis, pourrais-je encore jouir ? Et mon maître est si vieux !

Tandis qu’en ce qui concerne Marie en :

Luc 1, 34 Marie dit à l’ange : Comment cela se fera–t–il, puisque je ne connais point d’homme ?

Sara par son grand âge vient faire contraster les choses anciennes aux choses nouvelles, la stérilité à la virginité tout comme plus tard Rébécca et Rachel (cf. Genèse 25, 21 ; 29, 31). Nous pouvons constater le trouble qu’est celui de Sara et de Marie.

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Marie et Abraham

  1. Pingback: La visitation à Elisabeth (Luc 1, 39-45) | Solum Dei Verbum

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s