De quel droit les Réformateurs pouvaient-ils réformer l’Église ?

C’est ainsi que titre le site « ParLaFoi » un texte de Jean-Alphonse Turretin : 1671–1737. Le texte étant long et ma foi, pas tout à fait dans l’orthodoxie biblique, prenons le second paragraphe et voyons ce que nous dit ce réformé afin de constater les erreurs qui y figurent à la lumière des Ecritures. Mais auparavant, voyons dans le premier paragraphe ce dont il s’agit :

I. Parmi toutes les questions qui se réfèrent à l’appel des pasteurs, aucune n’est plus fréquemment agitée par les Romanistes ou plus conflictuelle que celle qui se rapporte à l’appel de nos réformateurs. Leur dessein est de les prouver coupables de schisme et de condamner la Réforme qu’ils ont inaugurée comme illégale et entamée sans vocation. Ainsi, par cette digression, ils veulent nous éloigner de la principale question et, ces barrières étant érigées, faire dévier la question dans une autre direction, afin d’éviter un examen de doctrine et de s’échapper en toute sécurité.

Il est en effet question de la légitimité des pasteurs de la réforme qui tout comme Luther ou Calvin, n’ont été ni appelé, ni envoyé comme le soulignait déjà un siècle auparavant, Saint François de Sales dans sa « Lettre aux protestants ».

Observons à présent, ce second paragraphe :

Lire la suite

Publicités